Claude VIGNON (Tours 1593 - Paris 1670)

Provenance : Peut-être l’un des deux Saint Pierre et Saint Paul cités par Madame Paola Pacht Bassani parmi les Œuvres perdues d’attributions certaines : celui figurant dans l’inventaire des biens de Claude Vignon en 1643 (n° 86 ; prisé 30 L.), et celui possédé, selon Guillet de Saint-Georges, par M. Petré, écrivain (Cf .Claude Vignon, MC 104 & 105, p.548 - Arthena 1992).

Ce Jean Petré (vers 1610-après 1670) est certainement le calligraphe réputé, auteur de sept livres consacrés à l’art de l’écriture, maître pour cette discipline du fils du Surintendant des Finances, secrétaire de la chambre du Roi, et dont le portrait fut gravé par Robert Nanteuil (1623-1678) tenant un livre (Château de Versailles LP 31-70).

La composition semble remonter à la période romaine de l’artiste (1618-1624) et semble pouvoir être rapprochée de plusieurs tableaux provenant probablement de la collection du Cardinal Francesco Maria del Monte, comme le saint Paul de la Galleria Sabauda (Idem n° 13) et celui passé autrefois en vente à Paris (n° 14) (Cf. Valentin et les Caravagesques Français, Paris, Grand-Palais, 1974 ; Claude Vignon.1) Tableaux antérieurs à 1624, pp.254, RMN 1974).

On observera que le modèle de ce dernier tableau, avec sa longue chevelure noire et sa barbe épaisse, est vraisemblablement le même que celui qui figure au premier plan de notre composition, avec dans les deux œuvres la même haute rapière.