ALEXANDRE, Robert HUET dit (1930-2002)

Lot 66
200 - 300 €

ALEXANDRE, Robert HUET dit (1930-2002)


RESTAURANT - Sept dessins de presse originaux à l'encre de chine et aquarelle, signés.
21 x 29 cm
«Une choucroute garnie pour moi, et une blédine deuxième âge pour Monsieur» «Je peux vous affirmer que le gigot de mouton est de première fraicheur» «Auberge des fins gourmets, sans légende» «Je peux avoir quelques frites avec mon caviar?» «Il ne fallait pas la laisser choisir!» «Cessez de me faire du pied Vicomte, on nous regarde!» «Tu ne pouvais pas regarder où tu accrochais le casse-croûte ce matin»
ALEXANRE, Robert HUET dit (1930-2002)
Dessinateur humoristique dans la presse populaire des années 1960, Robert HUET naît le 4 août 1930 à Epinay-sur-Seine. C'est sa soeur Marcelle qui, en épluchant le calendrier, trouve le pseudonyme avec lequel Robert signa ses premiers travaux: Alexandre, «un nom qui sonne bien et qui fait dessinateur». Il travaille dans une agence de publicité à ses débuts et publie son premier dessin pour Ici Paris en 1956. Très vite, il enchaîne avec L'Almanach Vermot, Le Hérisson, France Dimanche, Le Rire, Le Pèlerin, Détective, Marius, Fou Rire, etc. Reflets d'une France populaire, ses dessins constituent le clin d'oeil par lequel le lecteur commence la lecture de son magazine. Lors de ses tournées, Alexandre croise
Faizant, Bellus, Barberousse, Calvi, Lassalvy, Moffrey... avec qui il se lie d'amitié.
Ce qui amuse Alexandre, c'est l'observation du quotidien avec juste ce qu'il faut de décalage et d'ironie pour faire sourire «je ne peux pas être méchant, je prends tout avec dérision».
En 1964, Alexandre fait la connaissance de Marcel Vaysse, directeur d'une maison d'édition de cartes postales La Gauloiserie. Chaque année, on lui commande de nouvelles séries sur les thèmes incontournables: la pêche, la chasse, le camping, les cures, la pétanque... Pour le reste, il a carte blanche et se révèle intarissable sur les relations homme-femme, l'amour et le sexe, cultivant un jardin secret peuplé de minettes nymphomanes, de mamies intrépides, de belles-mères castratrices, de cocus pathétiques et de machos fiers à bras. Omniprésent sur les tourniquets de toutes les maisons de presse dans les années 1970-1980, Alexandre a marqué l'inconscient de la France en vacances.
Réf:
Manu Boisteau, Alexandre, le charme discret de la gauloiserie, éditions Les Echappées, 1966
Jean-Michel Varache, L'Humour d'Alexandre, éditions Carpe Diem, 2004
Jean-Michel Varache, L'Alphabet de l'amour, éditions Carpe diem, 2004
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue