Stéphanie Félicité du Crest, Comtesse de GENLIS. (1746-1830)

Lot 4
200 - 300 €
Laisser un ordre d'achat
Votre montant
 €
Enchérir par téléphone
Enchérir par téléphone

Stéphanie Félicité du Crest, Comtesse de GENLIS. (1746-1830)

Réunion de cinq pièces. Trois lettres autographes.
Une page in-12 (cachet postal du 15 févier 1816) à Monsieur le chevalier Lablée, rue Monconseil n°17 à Paris «Je supplie Monsieur le chevalier Lablée (rédacteur de plusieurs périodiques) de me renvoyer mon conte la plume magique (conte qui parut dans le Mercure) que j'ai déjà eu l'honneur de lui demander et que je veux retoucher.
Ces demandes réitérées et ces attentes me font perdre bien du tems...Casimir donnera sa romance du Cid, inédite, et sous variante de musique... les paroles ne sont pas de moi.». Page in-12, Paris 17 février 1818, adressée à M. Alexandre Pieyre «Mon ami, je vous prie du fond d'un asile ou rien n'est refusé de donner avec intérêt ces lettres à Monseigneur et à Mademoiselle, n'ayant jamais eu rien de caché pour vous je vous les remets ouvertes et vous pouvez les lire. Je vous demande votre amitié pour mon cher et vertueux Casimir (Baecker, son fils adoptif), et certainement toutes les personnes qui m'ont aimé la lui accorderont...». Lui remet deux ouvrages et un anneau qui lui étaient précieux. Une page in-12, adressée à Madame
Hélène de Bauffremont «J'espère avoir le bonheur de vous donner une importante leçon et en même temps de vous inviter à une petite soirée particulière (mot souligné) que m'a demandée
Madame la Duchesse de Courlande il y aura peu de monde...».
Lettre secrétaire deux pages in-12, adressée Monsieur Bequey, directeur général des Ponts et Chaussées. Madame de Genlis aimerait se rendre avec Madame la Comtesse de Choiseul faire un visite pour remercier Monsieur Becquey pour son intervention de sa demande en grâce promise pour monsieur Mouchelet. Pamphlet manuscrit (époque révolutionnaire) de trois pages in-8 en forme de couplets contre
Madame la comtesse de Genlis nommée Gouverneur des garçons du Duc de Chartres en janvier 1782. Premier couplet «Etre prude, être galante, quittant cette douce erreur, Genlis n'est plus Gouvernante, non Genlis est Gouverneur: de cette femme charmante, plaignons le triste destin, c'est si sot d'être pédante, c'est si doux d'être catin...»
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue